Le tintotype

Take-away photographie

Type
tyntotype
Format
8,5 x 6,2 cm
Date d'acquisition
juillet 2016
Provenance
Conesus, NY, USA
date de prise de vue
1860-1870

En 1853, le procédé a été décrit pour la première fois par Adolphe-Alexandre Martin en France. Un tintotype, également connu sous le nom de mélainotype ou ferrotype, est une photographie réalisée en créant un positif direct sur une mince feuille de métal recouverte d’une laque ou d’un émail foncé et utilisée comme support pour l’émulsion photographique. Les tintotypes ont connu leur utilisation la plus large au cours des années 1860 et 1870, mais une utilisation plus limitée du médium a persisté au début du XXe siècle et il a été relancé en tant que nouveauté et forme d’art au XXIe siècle. La caractéristique principale des tintotypes est d’avoir été le plus souvent réalisés par des photographes travaillant dans des stands ou en plein air lors de foires et de carnavals, ainsi que par des photographes itinérants. Parce que le support en fer laqué (il n’y a pas d’étain utilisé) était résistant et ne nécessitait pas de séchage, la photographie pouvait être développée et remise au client quelques minutes seulement après la prise de la photo. Les originaux sont souvent rehaussés de couleurs peintes à la main sur la couche photosensible, leur renforçant leur caractère unique et précieux à la fois.
La photographie de tintotypes a vu plus d’utilisations et a capturé une plus grande variété de réalités et de sujets que tout autre type photographique. Au milieu des années 1860, il a commencé à perdre du terrain artistique et commercial au profit de tirages d’albumine de meilleure qualité.

More Stories
La petite sirène